Facebook Twitter Contact Articles

Connexion


Nom d'utilisateur :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Bienvenue!

Inscription


Prénom :
Nom d'utilisateur :
Email :
Mot de passe :
Vérification du mot de passe :
Sécurité :

En vous inscrivant sur meilleuresCotes.com, vous avez 3 avantages :
  • participez au forum de discussion
  • entrainez-vous gratuitement aux paris en ligne avec le Training Cotes
  • restez informés de l'actualité du monde des paris en ligne

Interview du Sénateur Trucy sur la prochaine ouverture (Marianne)

Interview du Sénateur Trucy sur la prochaine ouverture (Marianne)Le site Internet de Marianne a mis en ligne cette semaine une interview très intéressante du sénateur UMP du Var, François Trucy, spécialiste des jeux de hasard et des jeux en ligne. L'Elu revient notamment sur l'ouverture prochaine du marché et sur l'entrée en bourse éventuelle de la Française des Jeux.


Marianne2.fr : Le secteur du jeu risque de connaître des changements importants avec la demande de la Commission européenne de libéraliser le marché des jeux sportifs en ligne. Quelle est la situation actuelle en France ? 

François Trucy : Pendant longtemps, le groupe Partouche était le seul à s'énerver parce que l'Etat autorisait la Française des Jeux (FdJ) et le PMU à ouvrir des sites Internet mais l'interdisait aux autres opérateurs. Ces derniers temps, avec l'explosion des paris en ligne, les autres opérateurs de jeu (type groupe Tranchant), ont commencé à donner de la voix, suivis par la Commission. Le ministère des Finances a donc décidé d'ouvrir le marché des paris en ligne et, par la même occasion, celui du poker qui connaît un succès considérable sur Internet. 

M : A qui profite cette ouverture du marché ? 
FT : Aux grands groupes d'abord, à commencer par Partouche, mais aussi aux opérateurs étrangers spécialisés dans le pari sportif : Bwin, Unibet, etc. Ils se sont déjà implantés dans de nombreux pays en Europe, sont cotés en bourse et ils veulent tout rafler : paris, poker et casinos en ligne. Au final, l'Etat se trouvera face à 10 ou 12 opérateurs sérieux. 

M : Le Pdg du groupe Partouche est un ami de Nicolas Sarkozy, tout comme Stéphane Courbit, qui a récemment racheté 75% de Betclic par son fonds Manga Capital. Pensez-vous que l'ouverture du marché est favorable aux proches du Président ? 
FT: Patrouche y gagnera très certainement, Betclic un peu moins mais je n'attache pas beaucoup d'intérêt à ces polémiques sur les «copains». 

M : Quel rôle tiendra le Parlement dans les discussions autour de cette réforme du jeu ? 
FT : A moins qu'Eric Woerth ne dépose le projet de loi après les textes d'adaptation de la réforme des institutions, il n'en jouera aucun ! Depuis l'Empire, les revenus du PMU et de la FdJ sont comptés comme «recettes» non fiscales de l'Etat, ce qui empêche tout débat au Parlement et laisse la gestion du jeu au seul gouvernement. C'était le propos de mon rapport «Etat croupier, Parlement croupion» paru en 2002. S'il y a débat, ça sera la première fois qu'on parlera de jeu au Sénat et à l'Assemblée.

M : Quelles sont les risques de l'ouverture du marché pour les joueurs ? 
FT : Actuellement, le système de la FdJ est bon : il y a un taux de retour convenable (55 à 60% des sommes jouées) qui motive le joueur mais ne le sucre pas trop, ce qui évite que le jeu dérape. Pour le PMU, le taux de retour est encore plus fort : 70% des sommes jouées reviennent au joueur. De plus, le système de mutualisation permet de faire vivre la filière équine en France qui emploie des milliers de personnes. 

Le problème des nouveaux opérateurs, notamment ceux spécialisés dans le jeu en ligne, c'est qu'ils vont chercher à gagner un maximum en réduisant le retour, développer leur offre au maximum et saturer le marché français. Par ailleurs, la question est de savoir comment gérer l'addiction au jeu : 95% des interdits de casino le sont volontairement, mais comment faire pour les empêcher de parier sur des sites web ? Enfin, il faudra être très intransigeant sur l'origine de l'argent des sites de paris en ligne : avec tous les outils qui existent aujourd'hui pour maquiller l'argent (fonds, sociétés écrans, etc.), l'Etat devra mettre en place une feuille de route très claire pour éviter le blanchiment. 

M : Le journal Les Echos du 15 septembre 2008 a évoqué la piste de la mise en bourse d'une part du capital que l'Etat détient dans le groupe Française des Jeux dès 2009. Comment une telle opération pourrait-elle être mise en place ? 
FT : L'Etat dispose actuellement de 72% des parts de la FdJ et 20% sont détenus par des opérateurs historiques, notamment des associations d'aides aux victimes de la guerre de 1914-18 qui se sont vues attribuer cette rente. 
Pour mettre des parts sur le marché, il faudra avant tout changer la structure du groupe pour pouvoir vendre et ensuite y trouver son compte, ce qui ne sera pas facile : la FdJ a représenté 2,7 milliards d'euros de bénéfices pour l'Etat en 2007 et il n'est pas sûr qu'il trouvera preneur en période d'incertitude boursière. Quand aux associations, elles risquent fort de chercher à tirer les prix vers le haut. Pour ces raisons, je pense que l'hypothèse d'une mise en bourse est peu probable, en tout cas pas dès 2009.

Interview parue le mardi 16 septembre 2008 sur les site www.marianne2.fr



Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Ecrire un commentaire

Nom:
Message:
Plus d'options [+]

< Précédente   Voir toutes les news   Suivante >

Questions-Réponses Forum iPhone comparatif bookmakers bonus comparateur de cotes

Jouer comporte des risques : endettement, dépendance, isolement.
meilleuresCotes.com est un site d'aide à la découverte des paris sportifs en ligne. Ce site offre un comparatif et des avis sur les sites de paris en ligne, des comparaisons de cotes pour les matches de Ligue 1 et d'autres sports chez les différents bookmakers, des conseils pour vos premiers paris et une ligne éditoriale propre au sujet des sports populaires, et des paris en ligne.
Ce site considère les paris en ligne sous leur aspect ludique et ne recommande pas de jouer de grosses sommes. Les jeux d'argent sont interdits aux moins de 18 ans.
meilleuresCotes.com ne pourra être tenu pour responsable des pertes éventuelles des joueurs sur les sites de pari en ligne. Evitez toute addiction.

Site réalisé par Sébastien Vauchel