Facebook Twitter Contact Articles

Connexion


Nom d'utilisateur :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Bienvenue!

Inscription


Prénom :
Nom d'utilisateur :
Email :
Mot de passe :
Vérification du mot de passe :
Sécurité :

En vous inscrivant sur meilleuresCotes.com, vous avez 3 avantages :
  • participez au forum de discussion
  • entrainez-vous gratuitement aux paris en ligne avec le Training Cotes
  • restez informés de l'actualité du monde des paris en ligne
Mon premier triathlon longue distance (hier!) (1 lecteur(s))
Aller en bas Ajouté aux favoris : 0
SUJET: Mon premier triathlon longue distance (hier!)
#2175
beuh (Admin)
Administrateur
Messages: 556
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Mon premier triathlon longue distance (hier!) 15-09-2008 à 12:11  
Fin juin 2008, je suis en pleine saison de vélo, mais j’ai envie de passer à autre chose. Des collègues me parlent du triathlon longue distance de val de Reuil : 3km en natation, 90 en vélo et 20 en courant. Je ne sais pas nager le crawl, je n’ai pas couru depuis des mois, mais j’ai envie d’essayer…

Le matin de l’épreuve, beaucoup de stress, car beaucoup d’inconnus dans cette journée. Je ne suis même pas sur d’être capable de finir la natation. Autour de moi, que des spécialistes du triathlon, des vélos profilés, des épaules de nageurs, je me sens tout petit. Je suis pressé de prendre la départ. J’achète une combinaison de natation d’occasion une heure avant le départ. Je ne l’aurais pas testé avant, tant pis, je prend le risque.

Natation : deux boucles de 1.5km.
Plusieurs inquiétudes suite à mes entraînements en piscine : j’ai toujours besoin de 800m pour me mettre dans le rythme, il me faut régulièrement récupérer en brasse, et je sais pas ce que ça fait de nager sans s’aider du bord pour pousser tous les 50m. Mon objectif est donc de sortir en 1h15-20, donc dernier ou presque. Je me met à l’arrière, je veux pouvoir nager à mon rythme sans me prendre trop de coups.
Et puis finalement, je prends un bon rythme dès le départ, je nage tout en crawl et j’accroche le peloton. A la fin du premier tour, je passe en 31mn sans avoir vraiment forcé, très bonne surprise ! Comme je suis bien, je tente d’accélérer un peu. Mauvaise idée. Je n’arrive pas à garder ma ligne, je zigzag beaucoup et finalement je fais ma deuxième boucle en 35mn. Mais je sors de l’eau en 1h06, très bonne surprise, et je suis loin d’être le dernier. Seul point négatif, des début de crampes dans les cuisses, sûrement à cause du froid.
Je fais ma première transition tranquillement, je ne suis pas à 30s près. Je suis placé juste à coté des barrières du parc, du coup mes supporteurs sont à 2m de moi, on peut discuter un peu, ils m’encouragent beaucoup, c’est cool. Je pars avec mon vélo après 1h10.

Vélo : trois boucles de 30km.
Le vélo commence mal. Fortes douleurs derrière les cuisses, conséquence de la natation, et mon compteur ne marche pas, je fais devoir tout faire sans points de repère sur ma vitesse. Je double quelques coureurs, d’autres me doublent, dont certains qui s’écroulent quelques km après. J’essaye de prendre une allure régulière, tranquille, les douleurs passent. Tourner les jambes sans trop se faire mal, sinon la course à pied ne passera pas. Je mouline, je dit bonjour à tous les gardiens de carrefour qui m’encouragent. Heureusement qu’ils sont là, parce que à part eux et le passage à coté des zones de transition, les villages sont déserts. Personne n’a l’air intéressé par notre effort. Après 20km, je me fais doubler par le leader de l’épreuve, qui a donc déjà 30km d’avance sur moi. Impressionnant. Fin de la première boucle, je fais petit coucou à mes supporteurs, ils le méritent ça fait presque une heure qu’ils m’attendent. La deuxième boucle se passe très bien, les sensations sont bonnes. Trop bien peut être. Je vais trop vite, j’ai presque 10mn d’avance sur les prévisions. Ca commence à être long, mais je n’ai fait que la moitié du temps prévisionnel… Je commence à faiblir au début du troisième tour, et les joies des épreuves longues distances commencent à apparaître : douleurs aux articulations, et surtout la bouffe ne passe plus, j’ai envie de vomir après chaque bouchée. Pour compenser, je bois beaucoup. J’ai de plus en plus mal aux jambes, mais je ne veux surtout pas utiliser toute l’énergie qui me reste avant la course à pied, alors je ralenti de plus en plus. Les gardiens de carrefour doivent voir que je ne suis pas au mieux, car ils m’encouragent de plus en plus. Je crois que durant mon entraînement j’ai trop délaisser le vélo en pensant que c’était mon point fort. La bosse qui était bien passée aux deux premiers tours me paraît interminable. Juste avant le sommet je double un mec qui marche à coté de son vélo. Je me dis qu’il y a pire que moi, et je l’encourage. En fait il a cassé sa chaîne, pas de pot. Je termine enfin le vélo, en un peu plus de 4h10. J’ai perdu toute mon avance dans le dernier tour.
Je me change pendant que mes supporteurs m’encouragent. Il est 16h, il fait bien chaud, heureusement que j’ai prévu la casquette. A coté de moi, les premiers en terminent. Il me reste 18.5km à courir…

Course à pied : deux boucles de 9.2km.
C’est parti pour la partie la plus difficile du triathlon ! Bonne surprise, j’ai encore de l’énergie dans les jambes et je court doucement mais sûrement. Mauvaise surprise, au bout de 500m, apparition d’une pointe de coté. Supportable au début, elle devient très douloureuse, au bout de 2km, je ne peux plus courir, je m’arrête, je marche. Je demande des conseils à ceux qui me doublent. Certains me disent de continuer à courir, d’autre de marcher, d’autre de m’arrêter complètement. J’essaye tout, la pointe de coté reste. Je décide de courir tout doucement. Tout le monde m’encourage, mes concurrents comme les bénévoles, et tous me disent de ne pas abandonner maintenant. Je n’y pense même pas, les jambes sont encore à peu près bonnes, je ne vais pas arrêter sans avoir tout donner à cause d’une pointe de coté ! A chaque ravito je m’arrête, je bois et je respire profondément. A partir du 8eme km, la douleur devient supportable, mais elle ne disparaîtra pas. Tous les coureurs autour de moi ont un bracelet rouge, preuve qu’ils ont déjà fait un tour et que l’arrivée leur tend les bras. Je récupère enfin ce bracelet, j’ai mis plus d’une heure à faire le premier tour, mais je court de mieux en mieux. J’annonce à mes supporteurs inquiets de mon temps de passage que je me lance dans le dernier tour. Je court normalement, presque rapidement, j’annonce fièrement à tous les bénévoles croisés que je vais allé au bout. Je suis quasiment seul à courir, tout le monde ou presque est arrivé. Dernier tube de vitamines, il reste 5km, je n’ai plus qu’à profiter. Mais à 3km de l’arrivée, les jambes se durcissent d’un coup. En quelques centaines de mètres, j’ai l’impression que toute mon énergie disparaît, et que je subit d’un coup l’accumulation des efforts de la journée. Chaque foulée est douloureuse, j’ai mal partout et je n’avance quasiment plus mais je suis trop proche de l’arrivée pour imaginer abandonner. Un bénévole m’annonce 500m, ça me parait interminable. Enfin je vois l’arrivée et mes supporteurs. Je profite, j’ai les larmes aux yeux, mélange de douleur et de joie. A 50m de la ligne, ma maman vient courir juste à cote de moi, elle me gène un peu et je lui demande de me laisser. Je n’ai pas la lucidité pour comprendre qu’elle voulait passer la ligne avec moi, désolé. Ca y est je passe la ligne, je m’écoule, je suis trop heureux ! Le speaker me pose des questions, mes supporteurs me félicitent, ma copine m’embrasse, je sais plus où donner de la tête. Je profite, parce que même si c’est super agréable, je ferais pas ça toutes les semaines !
Bilan : 6h16, 296 sur 304 finisher, et 45 abandons. Je crois que j’ai envie de recommencer, mais avec un peu plus d’entraînement, et si possible avec mon frère qui m’a fait découvrir le triathlon !
  L'administrateur a désactivé l'accès public en écriture.

Bon plan
meilleuresCotes.com

   
#2176
numéro9 (Utilisateur)
Flambeur
Messages: 327
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Re: Mon premier triathlon longue distance (hier!) 15-09-2008 à 12:49  
Bravo !
Pedro Miguel est le roi!
  L'administrateur a désactivé l'accès public en écriture.
#2185
Turfeur (Admin)
Administrateur
Messages: 273
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Re: Mon premier triathlon longue distance (hier!) 15-09-2008 à 22:44  
Bravo, c'est sûr que ce triathlon en jette plus que le mien:
- Leroy-Merlin
- F1 à la télé
- PSG

Ce que je retire de ton texte: sans supporters, tu ne serais peut-être pas allé au bout!

Tu dois avoir un peu mal aux jambes quand tu montes les escaliers aujourd'hui...
  L'administrateur a désactivé l'accès public en écriture.
#2186
beuh (Admin)
Administrateur
Messages: 556
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Re: Mon premier triathlon longue distance (hier!) 16-09-2008 à 09:23  
J'sais pas, je crois que j'aurais réussi quand meme, mais je serais allé encore moins vite.

Pas trop mal aux jambes, je m'attendais à pire.
  L'administrateur a désactivé l'accès public en écriture.
#2218
beuh (Admin)
Administrateur
Messages: 556
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Re: Mon premier triathlon longue distance (hier!) 22-09-2008 à 18:31  
A noter l'investissement de Meilleurescotes qui m'a permis d'etre habillé tout au long de ce défi! Merci !

http://img137.imageshack.us/my.php?image=sanstitrecm2.jpg
  L'administrateur a désactivé l'accès public en écriture.
Revenir en haut

Jouer comporte des risques : endettement, dépendance, isolement.
meilleuresCotes.com est un site d'aide à la découverte des paris sportifs en ligne. Ce site offre un comparatif et des avis sur les sites de paris en ligne, des comparaisons de cotes pour les matches de Ligue 1 et d'autres sports chez les différents bookmakers, des conseils pour vos premiers paris et une ligne éditoriale propre au sujet des sports populaires, et des paris en ligne.
Ce site considère les paris en ligne sous leur aspect ludique et ne recommande pas de jouer de grosses sommes. Les jeux d'argent sont interdits aux moins de 18 ans.
meilleuresCotes.com ne pourra être tenu pour responsable des pertes éventuelles des joueurs sur les sites de pari en ligne. Evitez toute addiction.

Site réalisé par Sébastien Vauchel